NatureVie

Fleur de Vie   Naturevie

HARMONISATION DES DIFFÉRENTS PLANS DE VIE DE L'ÊTRE
Thérapies Quantiques - Thème Floral - Fleurs de Bach - Géobiologie

Aller au contenu












Docteur Edward Bach



LE DOCTEUR EDWARD BACH



« L'origine de la maladie est un  conflit entre l'Âme et la personnalité. »
Docteur Edward Bach
LE DOCTEUR EDWARD BACH

Edward Bach naquit à Moseley en 1886. En 1903 il quitte l'école et travaille à la fonderie familiale jusqu'en 1906. Il commence alors ses études de médecine. Gravissant tous les échelons et passant avec succès les meilleurs diplômes de l'époque, notamment ceux de docteur en Médecine et de Membre du Collège Royal de Chirurgie.

Bureau du Docteur BachS'intéressant à l'immunologie il découvre la correspondance entre certaines toxines de germes intestinaux et les maladies chroniques. Après des mois de recherche il met au point des vaccins homéopathiques (les 7 Nosodes de Bach, encore d'usage de nos jours) qui se révèlent vite efficaces. Le succès médical des nosodes lui donne la notoriété et la reconnaissance de ses pairs, tant homéopathes qu'allopathes. Perfectionniste, il cherche constamment à améliorer la médecine et la mise au point d'une technique de guérison simple et efficace. Animé par une fois et une volonté sans faille, il poursuit ses recherches travaillant sans répit jour et nuit malgré une santé précaire.

En 1917, suite à une hémorragie il tombe dans le coma. Les chirurgiens diagnostiquent un cancer et ne lui donnent plus que quelque mois à vivre. Il se remet avec encore plus d'ardeur au travail et peu à peu se rétablit à la surprise générale.

Lors d'une soirée, au cours d'un repas ennuyeux, pour passer le temps, il observe le comportement des convives et soudainement réalise qu'il peut les classer dans des groupes bien déterminés. Il comprend alors que face aux différentes formes de maladie, chaque membre d'un même groupe réagirait de la même façon. Il prend ainsi conscience que dans le traitement de la maladie la personnalité du malade à bien plus d'importance que le physique. L'attitude du malade est ainsi primordiale dans l'origine de sa maladie (stress, émotions, sentiments) et fondamentale dans sa guérison (comportement).

Carnet du Docteur BachEnthousiasmé par ces résultats il découvre en 1930 les trois premiers Élixirs : Impatiens, Mimulus (la Muscade) et Clematis (la Clématite des champs). Dès lors il commence à soigner ses patients avec ces trois remèdes en fonction de leur caractère. Sur le point de découvrir une nouvelle médecine il décide d'abandonner son cabinet de Londres ainsi que toutes recherches et prérogatives sur ses vaccins, au grand désarroi de ses confrères qui le considèrent comme un génie. Laissant tout derrière lui, il part à l'aventure au Pays de Galles où pendant des années il arpentera la campagne à la recherche des Élixirs Floraux, "les remèdes des champs".

Précurseur des médecines douces et très attaché à l'alchimie de la Nature il met au point une technique de préparation simple et procurant le maximum des propriétés curatives des plantes récoltées. Les années suivantes il découvre les autres Élixirs, met au point le Remède d'Urgence, soigne gratuitement tous ses malades. De la même manière, il ne tire aucun profit du produit de la vente des Elixirs, afin que ceux-ci soient vendus le moins cher possible. Son combat de tous les jours est de soulager les souffrances des malades, de leur permettre de s'auto-guérir facilement et non de s'investir dans un but lucratif. Sa démarche a toujours été guidée par l'amour et la compassion. Il a offert toute sa richesse et sa santé pour se mettre au service des autres.

Documents du Docteur BachJusqu'à la fin de sa vie il se dépensera sans compter, formant des assistants, répandant sa méthode par des conférences et diverses publications ("Guéris-toi toi-même" et "Les douze guérisseurs et les sept soutiens").

Son corps lui sert de véritable laboratoire vivant, il teste sur lui-même tous les Élixirs. Il est ainsi capable d'entrer dans divers états psychiques ou émotionnels caractéristiques, de ressentir et de percevoir dans les réactions de son corps toutes les propriétés curatives des plantes spécifiques recherchées.
Sa mission terminée, épuisé, il s'endort dans un profond sommeil le soir du 28 novembre 1936.


En avance sur son temps, il laisse au monde une thérapie complète avec ses élixirs floraux, et sa philosophie plus que jamais d'actualité…
« La vraie Guérison ne s'intéresse pas à la maladie. Vous souffrez de vous-mêmes, tel état d'esprit, telle souffrance.
La principale raison de la faillite de la science médicale contemporaine réside essentiellement dans le fait
qu'elle prend en considération les effets et non les causes des maladies. »
Docteur Edward Bach

LA PHILOSOPHIE DU DOCTEUR EDWARD BACH
SIMPLICITÉ - HUMILITÉ - COMPASSION

Pour saisir la richesse de l'œuvre du Docteur Edward Bach et pour ne pas tomber dans le piège "de l'allopathie florale", il est nécessaire d'en comprendre sa philosophie, clef de voûte de tout son système. Le plus important pour le Docteur Bach était la connaissance spirituelle de l'origine de la maladie :

les réelles maladies de l'homme sont ses défauts, causes premières de la maladie et obstacles au rétablissement de la santé la transformation ne s'effectuera pas sans notre accord avec les Elixirs Floraux nous allons jusqu'où nous avons décidé d'aller !

Ce ne sont pas les Elixirs qui vont guérir la maladie mais l'énergie de l'Âme réorientée dans la bonne direction. A travers ces grands principes, nous avons accès à la philosophie du Docteur Edward Bach, à sa pensée profonde. Pour lui la victoire face à la maladie dépendra des conditions suivantes:
  • Avoir conscience de la Divinité en nous et par conséquent de notre pouvoir sur notre mental inférieur
  • Avoir, par un honnête examen de conscience, la bonne volonté et l'intelligence de découvrir le défaut, l'erreur qui est en nous, occultant momentanément la vertu qui lui est attachée. éliminer ce défaut en développant la vertu opposée
Les 7 Grands Principes du Docteur Edward Bach :

I) L'homme a une âme, qui est son moi réel, invincible et immortelle.Phylosophie du Docteur Bach
II) La personnalité est placée là où il convient qu'elle soit, dans le but d'acquérir connaissances et expériences nécessaires pour progresser vers la perfection de sa nature

II) La vie sur cette terre (une incarnation) n'est qu'un instant dans le cours de notre évolution, telle une journée d'école dans une existence terrestre

IV) Tant que l'âme et la personnalité sont en harmonie, tout est joie et paix, bonheur et santé. Le conflit surgit quand la personnalité s'écarte de la voie tracée par l'âme, soit par l'entraînement de ses propres passions, soit par la persuasion des autres. Ce conflit est la cause profonde de la maladie et de l'insatisfaction

V) L'Amour est le Créateur de toutes choses, qu'il s'agisse d'une planète ou d'un caillou, d'une étoile ou d'une goutte de rosée, d'un homme ou de la plus infime forme de vie (compréhension de l'Unité en toutes choses). Nous pouvons en avoir une idée en nous représentant notre Créateur comme un grand soleil flamboyant de bienveillance et d'amour, irradiant de son centre un nombre infini de rayons partant  dans toutes les directions, à la pointe desquels nous sommes des particules, et nous devons finalement revenir au grand centre après avoir acquis expériences et connaissances. Bien que chaque rayon puisse nous apparaître séparé et distinct, il fait en réalité partie du Grand Soleil Central. La séparation est impossible, car dès qu'un rayon de lumière est coupé de sa source, il cesse d'exister. Ainsi pouvons-nous comprendre quelque peu l'interdépendance de tous, car bien que chaque rayon puisse avoir son individualité, il ne fait pas moins partie du grand Pouvoir Central Créateur. Donc toute action contre nous-même ou contre un autre affecte le tout et comme l'imperfection d'une partie se reflète sur l'ensemble, chacune de ses parties doit en définitive devenir parfaite.
ImpatiensAinsi nous voyons qu'il y a deux grandes erreurs fondamentales possibles :
a) Dissociation entre notre Âme et notre personnalité
b)Tort causé aux autres

VI) La maladie est en soi bienfaisante et a pour but de ramener la personnalité à la volonté de l'Âme. Si nous pouvions seulement prendre conscience des fautes que nous commettons et les corriger par des moyens spirituels et mentaux, il n'y aurait nul besoin des sévères leçons de la souffrance (la compréhension et la correction de nos erreurs abrégeront notre maladie et nous rendrons la santé)

VII) Donner aux malades, en plus des remèdes matériels, la connaissance des erreurs de leur vie et le moyen de les éliminer

Le Thème Floral permet de remonter à la source de ce que nous sommes vraiment, de dévoiler et de comprendre les arcanes de notre Plan de Vie, de pouvoir utiliser les solutions qui y sont inscrites et de s’aider avec des Fleurs de Bach.
.
« Soigne le malade et non la maladie. »
Docteur Edward Bach

« Si tu es malade recherche d’abord
ce que tu as fait pour le devenir. »
Hyppocrate
NATUREVIE
58, avenue de Genève 74000 Annecy - France
09.53.60.88.58 & 06.65.39.26.37
© Astrobach 1995 - © EMBP 2003 - © NatureVie 2004 - © L'Unité En Soi 2008
SIRET 32612009400049
2020 Mentions légales - Protection de la vie privée :
Ce site n'enregistre aucunes données personnelles, aucuns formulaires de contact et cookies internes pour son fonctionnement.
Retourner au contenu